Donner et Recevoir


Une drôle de question m'a été posée il y a quelques temps.


Les soins collectifs Archangéliques sont-ils vraiment efficaces lorsqu'ils sont dispensés gratuitement?


Une personne se posait cette question car elle avait vu sur des sites internet que quelques thérapeutes dispensaient des soins Archangéliques collectifs payants, identiques en tout point par leur description à ceux que j'offre régulièrement chaque mois.


Je tiens à rassurer tous ceux qui se posent cette question, oui, les soins offerts sont aussi efficaces que les soins collectifs qui font l'objet d'une prestation rémunérée.

Simplement, chaque thérapeute fait en son âme et conscience ce qui lui semble équitable et juste.


Les modes de pensées évoluent


Aujourd'hui, il est courant de penser qu'un soin est vraiment efficace s'il y a un échange entre patient et thérapeute.

Autrefois, beaucoup de personnes pensaient que les guérisseurs avaient reçu un don du ciel et que par conséquent, leurs actes de soin devaient être bénévoles.


De mon point de vue, il est tout a fait normal qu'un thérapeute puisse vivre des soins qu'il dispense, c'est un vrai travail, du temps et de l'investissement personnel. Après, par conviction personnelle, on peut avoir envie d'apporter sa contribution à un monde meilleur par le biais d'un don.


Pourquoi le soin offert est-il efficace?


Lorsque l'on dispense un soin collectif, les Archanges ne se posent pas les questions:

Le soin est-il payant ? les personnes qui y participent le méritent-ils?

Chacun reçoit le meilleur pour lui et surtout ce qu'il est en capacité de recevoir.

Un cœur ouvert et conscient de ce cadeau du ciel est davantage dans l'accueil de ces énergies d'amour-lumière qu'une personne qui assiste à ce soin uniquement parce que c'est gratuit.

Si ce soin est un cadeau, il est important de souligner que le thérapeute reçoit lui aussi les énergies Archangéliques, c'est aussi un présent pour lui.



Vitrail St Martin. Eglise de la Trinité à Vendôme

J'aime la légende de St Martin de Tours


Martin est né en Pannonie ( la Hongrie actuelle) et se retrouve enrôlé très jeune dans les légions romaines en Italie et en Gaule. Durant l’hiver 337, alors qu’il se trouvait à Amiens, il rencontre un mendiant nu et grelottant de froid à qui il donne la moitié de son manteau. Le Christ lui apparaîtra pendant la nuit suivante, revêtu du demi-manteau donné au pauvre. Martin décide alors de quitter l’armée et de se convertir.



Même s'il a été dit plus tard par les religieux que St Martin ne donne qu’une moitié de manteau car l’autre moitié reste la propriété de l’armée romaine, je vois dans le don de ce demi-manteau le partage. Il n'y a pas ici un dépouillement complet, il donne mais lui aussi reste protégé du froid.

C'est ma vision toute personnelle de cette légende mais elle a été conforté par de belles expériences vécues où j'ai reçu l'équivalent de ce que j'avais donné.



Donner et recevoir


Lorsque le don est spontané, dans le plaisir et sans l'arrière pensée de récupérer quelque chose, on est parfois surpris de ce que cela provoque.

J'ai une anecdote sur le sujet qui a profondément inscrit les convictions qui sont les miennes aujourd'hui sur le don.

L'anecdote qui a fait tilt:

Dans les années 90, je travaillais dans une grande entreprise publique et j'étais amenée à déménager très souvent. Lorsque je voulais mettre des rideaux aux fenêtres de mon nouvel appartement, les rideaux que j'avais du précédent ne correspondaient pas aux dimensions des baies vitrées de ce logement. J'avais donc un stock de rideaux dans un carton qui ne me servait plus. Un jour, une de mes collègues qui venait d'emménager dans une maison me dit qu'il ne lui manque plus que des rideaux à mettre pour que son installation soit terminée. Elle rajoute, cela attendra un peu car mon budget ne me le permet pas pour le moment. Je pense à mon stock de rideaux dans le carton et spontanément je lui propose de le prendre et de voir si cela convient chez elle. Elle est un peu gênée par ma proposition et je me souviens fort bien lui avoir dit en riant "t'inquiète pas, le ciel me le rendra". Il s'avéra que les rideaux correspondaient comme par miracle à ses fenêtres, ils étaient parfaitement sur mesure. Deux ans plus tard, nouvelle affectation, nouveau déménagement, nouveau logement. Cette fois, je trouvais à louer une jolie maison à une vieille dame qui partait en maison de retraite. Au moment de signer le bail, elle me dit: " je vous laisse tous les rideaux car je sais à quel point c'est difficile lorsque l'on change de logement d'avoir les rideaux qui correspondent aux bonnes dimensions."

Cette histoire qui peut paraître banale m'a vraiment marqué. J'ai reçu à l'équivalent, au moment où j'avais besoin exactement la même chose que ce que j'avais donné.


Donner


Plus tard, je lisais un livre de Deepak Chopra, les sept lois spirituelles du succès.

La seconde loi est la loi du don. Elle me permit de mieux comprendre ce que j'avais expérimenté dans cette histoire de rideaux.


La loi du don

Avez-vous déjà remarqué que plus vous donnez, plus vous recevez ? Pourquoi cela semble infaillible ? Chopra avance que nos esprits et nos corps sont dans un état constant d’échange avec l’univers.

Plus nous donnons, plus nous sommes impliqués dans la circulation de l’énergie de l’univers, et de fait plus nous recevrons en retour. L’affirmation est d’autant plus vrai que l’intention du don est sincère.

Le plus important est l'intention cachée derrière le fait de donner ou de recevoir. L'intention devrait être toujours qu'elle crée du bonheur pour le donateur comme pour celui qui reçoit.

Si vous donnez, donnez joyeusement . Si vous voulez être bénis, bénissez silencieusement les gens en leur envoyant un faisceau de pensées positives. Si vous n'avez pas d'argent, fournissez un service. Nous ne sommes jamais limités dans ce que nous pouvons donner parce que la vraie nature de l'homme est la richesse et l'abondance.


Si cela vous intéresse vous trouverez sur le blogue Authentico l'intégralité du résumé des sept lois spirituelles du succès.



Le plaisir du don


Les multiples sollicitations dont nous sommes l'objet pour donner aux nombreuses associations de bienfaisance ou aux mendiants dans la rue font perdre pour beaucoup le plaisir du don.

Pourquoi donnons-nous?

Dans ce contexte, le moteur principal est souvent la culpabilité:

Nous nous trouvons chanceux de bien manger, de ne pas avoir d'enfant atteint de maladie rare, d'avoir un emploi, d'être bien portant, etc... Si nous ne donnons pas, qui aidera ces personnes?

Le plaisir du don est absent, cela devient une forme de contrainte et beaucoup n'éprouvent plus l'envie de donner.



Recevoir


On vient de constater les difficultés qu'il peut y avoir à donner mais il existe aussi pour certains un frein à recevoir avec plaisir.


Les principaux freins rencontrés:

- La croyance que pour recevoir un peu, il faut mériter ou faire beaucoup pour autrui, génère une difficulté à recevoir avec plaisir. Cela peut créer une forme de gène et une tendance à se sentir redevable.

- La croyance que l'on a rien sans rien, que tout se monnaye. Lorsque quelque chose est gratuit, cela parait suspect, ça cache quelque chose, cela ne doit pas avoir grande valeur.

- La croyance que tout est dû.

Les personnes qui ont été très gâtées dans leur enfance ont pu acquérir cette certitude. On voit parfois des "enfants rois" couverts de cadeaux lors d'anniversaires ou autres fêtes qui ne trouvent pas de plaisir dans les présents tellement ils en ont en même temps. Dans ce cas, le cadeau est banalisé, normal, il n'y a aucun sentiment de gratitude.

D'autres encore, peu enclin à l'autonomie, se sentant victimes, cherchent à s'appuyer sur les aides diverses et variées offertes par la société et trouvent donc normal d'avoir accès à des services gratuits. Là encore, il n'y a pas un vrai plaisir à recevoir.


Comme vous pouvez le constater Donner et Recevoir n'est pas chose facile pour beaucoup.



Conclusion


Je souhaite à chacun de retrouver le plaisir de donner et de recevoir.

Souvenons-nous de la joie que nous avions enfant à offrir un beau dessin à nos parents ou grand-parents et le plaisir et grand sourire de celle ou celui qui le recevait.


Au plaisir de vous retrouver dans l'énergie du prochain soin offert.

Soin qui me fait toujours éprouver beaucoup de joie à faire "goûter" la Divine énergie des Archanges à tous ceux qui participent à ce moment.


Catherine


Cadeau d'enfant


    Catherine Jonnard                                                                                                                  13 rue des Chênes                                              Mentions légales               

    Tel: +33 7 80 01 12 90                                                                                                            33990 Hourtin                                                    Conditions générales de vente